Travailler et venir en aide à sa famille

Nos parents sont de précieux soutiens. Ils peuvent garder nos enfants et rendre de multiples services. Mais la maladie ou le handicap peut affecter leur vie. L'aide qu'il faut alors apporter à nos proches en détresse rend soudain la vie quotidienne plus complexe. L'aidé devient aidant. Quelques conseils pour mener vie professionnelle et vie familiale de front.

Faites preuve de prévoyance.

Si vous pensez que votre proche est en perte progressive d'autonomie, s'il est très malade, ou si le médecin a indiqué qu'une assistance régulière doit être mise en place, vous allez devoir mettre en place des solutions durables. Si vous pensez que la mise en place d'un dispositif d'aide durable (aides à domicile, infirmières…) va faire chuter votre productivité professionnelle, informez votre employeur de la situation. Expliquez que vous traversez une crise et que vous avez besoin de temps pour vous organiser. Cette organisation une fois mise en place aura pour fonction de ne pas pénaliser votre vie professionnelle.

Anticiper une situation de crise.

La meilleure organisation n'empêchera jamais qu'une situation d'urgence se produise. Anticipez au mieux en prévoyant des personnes relais (voisinage, amis...).Répartissez si possible mieux les obligations ménagères entre les membres de votre famille. Le repassage, les courses... ne peuvent-ils pas être sous-traités ou partagés avec des proches ?

Fixez des règles.

N'acceptez plus d'être dérangé(e) à tout moment dans vos activités professionnelles. Aux aides ménagères, aux aides soignantes comme à vos proches, indiquez dans quelles circonstances et à quels moments vous pouvez être appelé(e) à votre lieu de travail.Trouvez quelqu'un de confiance qui puisse passer régulièrement au domicile de votre parent en perte d'autonomie ou sur qui vous appuyer pour régler des problèmes mineurs.Si personne de la famille ne répond présent, essayez les voisins. Les gens de bonne volonté sont plus nombreux qu'on ne le croit.

Prenez les devants, négociez avec vos patrons.

Si la solution de vos problèmes familiaux passe par des horaires à la carte, un temps partiel ou du télétravail, sachez vendre votre proposition. Plutôt que de tenter d'apitoyer un supérieur hiérarchique qui a ses propres difficultés, proposez une solution qui présente un intérêt du point de vue professionnel. Votre patron vous saura gré de prendre en considération le point de vue de l'entreprise et de ne pas demander à un collectif de travail, la prise en charge d'un problème personnel. Proposez une période d'essai pour tester l'efficacité de votre proposition.

Faites valoir vos droits à congés.

Vous pouvez également décider de prendre des congés. Sachez qu'il existe différents types de congé vous permettant de vous occuper d'un proche en situation de perte d'autonomie : le congé de proche aidant, le congé de solidarité familiale.

Dans tous les cas :

  • Faites du sport, de la gymnastique... ne serait-ce que dix minutes par jour pour réduire le stress.
  • Avoir une alimentation équilibrée, une sortie quotidienne, un peu d'exercice, un sommeil suffisant, quelques loisirs (cinéma, lecture, restaurant, théâtre...) sont le minimum pour éviter la fatigue, l'isolement et l'épuisement physique et moral.
  • Le sommeil est une condition sine qua non pour conserver son équilibre psychologique.

Pour aller plus loin