Les troubles de l’audition

En France, 6 millions de français souffrent de troubles de l’audition.
On peut les séparer en 2 groupes : les troubles auditifs de naissance et ceux qui surviennent au cours de la vie. On parlera ici de la deuxième forme.

Il faut également distinguer  et quelle que soit la cause  l’hypoacousie qui est une perte partielle de l’audition et la surdité qui constitue une perte plus importante voir totale de l’audition.

En fonction du mécanisme et du niveau  de surdité, on peut séparer les surdités dites de transmission et les surdités dites de perception. Cela aura une conséquence sur le type de traitement et d’appareillage selon l’une des deux formes.

Certains patients âgés de plus de 65 ans vont subir une baisse de l’audition acquise au cours de leur vie, à la suite :
-d’un traumatisme acoustique (expositions dans le cadre professionnel ou au cours d’un loisir)

-d’une maladie (otites chroniques, tumeurs)

-d’accidents de plongée, par exemple

-d’une toxicité médicamenteuse (certains médicaments antibiotiques ou anti-cancer)

-d’un accident vasculaire cérébral touchant les régions du cerveau responsables de l’audition

D’autres patients ont subi une destruction progressive des cellules de l’oreille simplement par le vieillissement : on parle de presbyacousie.
Ces surdités acquises s’accompagnent fréquemment d’acouphènes (perceptions de battements, grésillements, sifflements…).

Les pertes d’audition sont classées en fonction du nombre de décibels perdus.
Elles entraînent des conséquences variables sur la vie sociale, en fonction de leur intensité.
Le risque le plus important est que la perte auditive isole le patient et à terme, entraîne des troubles cognitifs.

Il est donc très important de dépister ou détecter les premiers signes en pratiquant un examen simple appelé audiogramme chez un médecin spécialiste ORL.
Chez l’adulte, c’est la médecine du travail qui peut les dépister mais également l’entourage du patient qui peut noter un changement de comportement : demandes fréquentes aux interlocuteurs de répéter, il ne participe plus aux conversations en groupe…

Le traitement de la majeure partie des troubles de l’audition est l’appareillage auditif à mettre en place le plus tôt possible afin de s’adapter plus facilement et rapidement à l’aide auditive.

De nombreux progrès technologiques ont été faits et permettent d’améliorer les performances des audioprothèses.

Le frein à l’appareillage à cause du coût sera bientôt un mauvais souvenir : l’assurance maladie a lancé un vaste programme de contrats responsables avec les différents acteurs de l’audioprothèse : en 2021, elle prévoit que la prise en charge conjointe assurance maladie – complémentaires santé couvrira la totalité du montant des appareils auditifs.

Pour aller plus loin