L’incontinence urinaire des personnes âgées

Qu'est-ce que l'incontinence ?

L’incontinence urinaire se définit par un dysfonctionnement de la vessie provoquant une perte du contrôle des urines avec dans la majorité des cas une perte involontaire des urines.

Elle se manifeste au repos comme à l’effort avec impossibilité de retenir ses urines.

Cela constitue un véritable handicap anatomique et social très mal vécus par les personnes atteintes qui sont des femmes âgées de plus de 60 ans avec une répartition à hauteur de 70 % par rapport aux hommes .

Le sentiment de honte prédomine chez ces personnes qui tardent à consulter et en parler à leur médecin qui peut pourtant les aider à diminuer de façon notable la gêne et dans certains cas la faire disparaitre par un traitement médical ou chirurgical selon les causes.

Les personnes atteintes qui ne peuvent pas en être soulagées pour différentes raisons ont une vie réellement perturbée avec des conséquences comme l’isolement social par exemple.

Quels sont les causes et facteurs de risque ?

L’émission des urines contenues dans la vessie dépend d’un contrôle volontaire chez la personne saine ,contrôle qui devient involontaire chez la personne atteinte soit par une commande altérée venant du cerveau ou bien d’une atteinte plus locale au niveau du sphincter  vésical par anomalies pathologiques d’origine musculaires dans la majorité des cas .

En résumé sur le mécanisme de l’atteinte organique de la vessie ,l’anomalie peut être cérébrale  ou locale  ou bien les deux .

Chez les personnes âgées, l’incontinence est liée à plusieurs causes :

• affaiblissement des muscles du plancher pelvien
• pathologies, telle la sclérose en plaques ou le cancer de la prostate chez l’homme
• maladies d’Alzheimer ou de Parkinson : 90% des malades atteints de démence souffrent d’incontinence
• accident vasculaire cérébral (AVC) et autres troubles neurologiques
• effets indésirables liés à la consommation de médicaments ou à une chirurgie

On distingue également divers facteurs de risque favorisant la survenue de l’incontinence :

• réduction de la mobilité ou immobilisation
• troubles des fonctions supérieures
• diabète
• hypertrophie de la prostate
• constipation
• toux chronique
• usage de sédatifs et d’hypnotiques

Comment traiter l’incontinence ?

La première étape de la prise en charge se traduit par la réalisation de plusieurs examens pour adapter l’accompagnement et les traitements (interrogation du malade, analyse des urines pour rechercher une infection urinaire, échographie pelvienne pour écarter la présence de tumeur,réalisation d’un bilan urodynamique, partie importante du bilan puisque  va consister à rechercher à quel niveau ne se fait plus le contrôle urinaire.…).

Différents traitements de l’incontinence peuvent ensuite être mis en place :

• rééducation : renforcement des muscles du plancher pelvien, rééducation de la marche et adaptation du domicile pour un accès plus simple aux toilettes
• méthodes comportementales : rééducation de la vessie pour apprendre à allonger les intervalles entre les mictions
• emploi de médicaments locaux ou généraux 
• traitement chirurgical
• utilisation de protections absorbantes.

Sachez également que de nombreuses innovations sont à l’étude pour améliorer l’autonomie et le bien être des personnes concernées. Sont à l’étude par exemple des capteurs connectés à une tablette permettant de recevoir une notification lorsqu’il est nécessaire de changer la protection absorbante ou encore la mise en place de protection auto-nettoyante et thermo-séchante.

Pour aller plus loin