Conseils alimentaires pour éviter la dénutrition

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 - Prévenir la perte de masse musculaire 

L’âge avançant, on observe une diminution progressive de la masse musculaire ; appelée également sarcopénie.

Quelles en sont les causes ?

• Diminution de la synthèse protéique
• Facteurs hormonaux : diminution des taux d’œstrogènes chez la femme et de testostérone chez l’homme
• Troubles de la microcirculation

A noter qu’en cas de maladie, cela est majoré.

Contrairement aux lipides et aux glucides, il n’existe pas de mise en réserve des protéines dans l’organisme : quand l’apport en protéines est insuffisant le corps re-synthétise des protéines au détriment des muscles.

Comment couvrir les besoins en protéines, chez la personne âgée ?

Consommer 1 à 2 portions de viande, poisson ou œufs par jour. Une portion de viande, poisson, œufs ou équivalents, c’est :

• Environ 120 grs de viande ou poisson (poids crus)
• 2 œufs
• 100 grs de crevettes ou de crustacés décortiqués
• 2 tranches de jambon blanc
• 1 petite boîte de thon au naturel
• 4 sardines
• 2 tranches de jambon blanc

Consommer 3 à 4 laitages par jour. Une portion de laitage, c’est :

• 1 yaourt nature
• 2 petits suisses de 60 grs
• 1/8ème de camembert
• 1 verre de lait

D’autres aliments apportent des protéines : le pain, les céréales, les légumes secs…

Ces conseils alimentaires doivent être accompagnés d’une activité physique adaptée comme la marche à pratiquer tous les jours et il peut être utile d’être aidé par un kinésithérapeute.

2 - Prévenir la perte de poids 

L’amaigrissement peut être dû à une pathologie mais elle est souvent due à un déficit d’apport : beaucoup de personnes âgées estiment qu’elles n’ont plus besoin de manger autant que lorsqu’elles étaient en activité et réduisent trop leurs apports.

Certaines personnes s’imposent des régimes (sans sel, sans pain, sans graisses…) en pensant bien faire. C’est pourtant inutile et contreproductif : le plaisir gustatif doit rester votre préoccupation.

D’autres facteurs jouent un rôle non négligeable.

• L’isolement peut accentuer la malnutrition : manger seul ne facilite pas la prise alimentaire. Les foyers de personnes âgées organisent des sorties ou des repas en groupe. Invitez des amis ou de la famille, une auxiliaire de vie peut passer à l’heure des repas.

• Les problèmes de dentition jouent aussi un rôle important : il faut les prendre en charge et adapter les textures des plats.

• L’altération du goût, de l’odorat n’aident pas à conserver l’appétit : assaisonnez les plats (sel, poivres, épices, condiments) pour éviter qu’ils soient fades.

• L’altération de la vue ainsi que les troubles moteurs peuvent gêner la préparation des repas et les courses : faites-vous aider par un tiers ou une société de portage de repas à domicile.

• Les problèmes financiers : achetez des aliments de base que vous accommoderez : viandes à cuisson lente ou abats qui sont peu onéreux, conserves de poisson, légumes et fruits de saison et contactez une assistante sociale si vous avez besoin d’une aide financière.

• Pesez-vous régulièrement : une fois par mois et si celui-ci diminue sans raison apparente, il faut consulter votre médecin.

3 - Prévenir la perte d’appétit ?

• Prenez plusieurs petits repas en ajoutant des collations, si vous avez peu d’appétit

• Vous pouvez fractionnez votre repas en consommant le dessert une à deux heures après

• Privilégiez les aliments que vous aimez

• Prenez soin à la préparation ainsi qu’à la décoration des plats

• Mangez dans le calme en prenant votre temps

Buvez plutôt en dehors des repas pour éviter de vous rassasiez trop vite

• Pour apporter suffisamment de protéines et de calories dans la journée, il est nécessaire d’enrichir les préparations avec : poudre de lait écrémé, fromages fondus, jaunes d’œufs, crème fraîche, lait…

Pour aller plus loin